Partagez | 
 

 Née dans les profondeurs abyssales d'un monde hostile... ~ Kyodai Hebi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Kyodai Hebi
avatar
Messages : 1
Date d'inscription : 09/11/2018
avatar2

Derrière l'écran

Age 24 ans
Niveau rp Correct
Activité rp Potentiellement rapide, mais aussi instable
Comment nous as tu trouvé ? Second compte d’Elisabeth Liddle
Un commentaire ? Pouet
avatar1caractère
Si un trait de caractère devait me caractériser, je dirais… sceptique. Oui, je sais, un peu surprenant. Mais disons que ma vision des choses est compliquée. D’un côté… il y a mon passé. Mes origines. Le chaos, la brutalité, la haine. Toutes ces choses que j’ai renié, mais dont une partie subsiste encore en moi, même si ça me répugne. C’est comme… une sorte d’instinct. Et de l’autre côté il y a la Terre. Avec ses peuples qui se prétendent civilisés mais qui enchaînent bêtises sur bêtises en tirant des leçons de leurs échecs seulement une fois sur dix… Ce n’est pas pire que là d’où je viens, mais ce n’est pas le monde utopique que je voyais lors de mon départ non plus…

Sauf que désormais je n’ose plus retenter l’expérience. Face à autant d’idioties et de manque de bon sens de la part des gens, qu’ils viennent de la Terre ou d’ailleurs, j’ai fini par me résigner en supposant que cela doit être partout pareil. Alors… j’ai appris à vivre avec. Enfin presque. Je vis tout de mêmz un peu à l’écart du monde, dans ma bulle. Peu ont réellement réussi à me comprendre… Alors que tout ce que je souhaiterais c’est… un monde de paix et harmonie, comme dans leurs histoires. Pourquoi écrivent-ils des histoires pareilles si ils sont incapables de mettre en œuvre ce genre de changement dans leurs vies…? Leur logique m’exaspère…

Bref, parlons plutôt de moi, nous sommes là pour ça après tout… Je pense que je souffre d’une légère timidité. Les contacts avec les autres étant assez rares, lorsque cela se produit il m’arrive de perdre mes moyens. Pas au point de devenir écarlate et ne plus savoir où me mettre non plus, mais quand même un peu. Je… ne saurais pas l’expliquer. Je trouve toujours ça un peu embarrassant de rencontrer une nouvelle personne.

Je suis également plutôt calme et détendue la plupart du temps. À l’opposé total de ce que les miens ont tenté de faire de moi. Je fais de mon mieux pour fuir la violence et l’agressivité qui sommeille en moi, et cela m’a plutôt bien réussi pour le moment. Il m’arrive d’être quelque peu instable par moments, mais aucun drame ne s’est encore produit. Et je fais le serment que cela n’arrivera pas.
avatar1physique
En forme humaine, je suis à peu près banale. Hormis la couleur argent de ma chevelure, et mes yeux rubis qui ne courent pas forcément les rues, je possède le physique d’une humaine tout ce qu’il y a de plus normal. Aucun attribut pour me différencier des autres terriens, ni queue ni corne qui dépasse. Il n’y a que la marque présente sur ma main droite, mais même ça, visiblement cela peut être considéré comme l’une de ces coutumes humaines, les tatouages. En revanche, j’ai un peu plus de mal sur le côté vestimentaire. Les gens ne cessent de me dire que mon manteau est trop grand mais… je l’aime bien moi ! Et puis je suis frileuse. La peau c’est mille fois plus sensible que les écailles.

Ma forme originelle est en revanche bien plus… exotique d’un point de vue terrien. Rares sont ceux qui ont eu le privilège de l’apercevoir. Serpent ailé ? Dragon ? Je ne saurais le dire. Le serpent doit être ce qu’il y a de plus similaire à mon apparence, mais à plusieurs détails près. Déjà la taille. D’après mes renseignements, il n’y a aucun serpent d’une dizaine de mètres qui habitent cette planète. Et ils sont rarement noir comme je le suis. (En même temps, ce serait la pire des idées en terme de camouflage) Ensuite… je possède pas moins de trois majestueuses paires d’ailes. Qui me permettent réellement de voler, croyez-le ou non. De toute façon je ne le fais jamais ici. On pourrait me voir et cela deviendrait vite embarrassant. Pour finir… Il y a toutes ses pointes acérées autour de mon corps, et ma tête qualifié de “monstrueuse”... L’une des principales raisons pour lesquelles je reste simplement en humaine lambda. (Cf signature pour un visuel un peu plus concret)
avatar1Pouvoirs et capacités
Je ne possède aucun pouvoir vraiment extraordinaire, juste une affinité avec la magie liée à ma race, et qui m’a notamment aidée à pouvoir garder une forme humaine stable. En dehors de cette utilisation, je m’en sers assez peu, et me plais dans cette normalité à laquelle je n’aurais jamais dû avoir droit. On peut aussi ajouter à cela la force colossale de ma forme originelle, mais qui est dans ce cas plus liée à ma taille qu’à autre chose.
avatar1histoire
Mon nom est… hum, appelez moi simplement Kyodai. Mon véritable nom ne peut de doute façon être écrit avec votre alphabet, ni même être prononcé en ayant vos cordes vocales. D’où le fait que j’en ai choisi un nouveau… Mais commençons plutôt par le début. Si sur Terre on peut croiser forêts, déserts, océans, montagnes et prairies… chez moi, le paysage était bien plus triste. De la roche, partout. Au sol, sur les murs, au plafond. Nous n’avions même pas de ciel. La seule chose qui changeait un peu, c’était les coulées de lave qui nous servaient d’éclairage, même si au final nous n’en n’avions plus besoin. À force de vivre en souterrain, nos yeux s’étaient adaptés à l’obscurité, et notre peau à la chaleur étouffante des lieux. Enfin, en fait ce sont plutôt des écailles, d’où la robustesse de notre peuple face à un mode de vie aussi peu confortable.

Mais pourquoi diable nous cachons-nous, c’est ce que vous vous demandez ? Et bien… mon peuple est… comment dire… particulièrement barbare. Brutal. Les miens ne connaissent que la loi du plus fort et règlent leurs conflits en se battant, parfois même à mort. La tension y est palpable à chaque seconde, il n’y a pas un instant sans cette question : “Serais-je toujours en vie après la prochaine dispute…?” C’est pour cela que lorsque d’autres peuples sont venus jusqu’à nous pour tenter de nous apporter éducation et civilisation… ça n’a pas fonctionné. Mais comme ils se battaient avec des armes “déloyales” contre lesquels nous ne pouvions rien, nous avons été contraint de fuir, de nous cacher, de faire croire que nous nous étions auto-détruits en nous entre-tuants jusqu’au dernier. Mais comment cacher toute une bande de dragon d’une vingtaine de mètres de long…? Sous terre, là où personne ne nous trouverait, voilà quelle a été la solution de mes ancêtres.

Vous avez peut-être remarqué que j’ai parlé d’une vingtaine de mètres alors que je n’en mesure que la moitié dans ma véritable forme…? C’est là la raison principale de ma fuite. D’abord… il y a le fait que je n’ai jamais adhéré à ce système de convaincre ceux qui nous contredisent en cognant dessus le plus fort possible. Et ajoutez à cela ma taille ridicule comparé à la plupart des autres… vous comprendrez sûrement. Et, non, cela n’a rien à voir avec le fait que je sois une femelle, ou que je sois trop jeune. J’ai déjà atteint ma taille adulte, en une cinquantaine d’années, et mesure malgré tout deux fois moins que les plus imposants d’entre nous, peu importe leur sexe. Alors… j’ai fini par partir. Car les plus faible n’ont pas d’avenir chez nous. Ils finissent massacrés, ou dévorés. Tous sans exception.

Je ne comprenais pas pourquoi j’étais différente d’eux. Pourquoi ils continuaient de suivre les règles des anciens sans se poser de questions alors qu’il était évident que cela finirait par les mener à leur propre perte… Alors que moi, j’avais compris que la solution pour sauver ma peau c’était simplement de fuir ce monde où je n’avais pas ma place plutôt que de me laisser massacrer. Peut-être était-ce à cause des menaces concernant la barrière, seul passage qui permettait de remonter à la surface et qui ne devait être franchis sous aucun prétexte ? Mais moi je m’en fichais. Entre ça et mourir avec certitude, j’ai préféré tenter ma chance. Et c’est grâce à ma petite taille que j’ai finalement pu m’en tirer. J’ai brisé la barrière, suffisamment pour pouvoir me faufiler mais pas pour qu’on puisse me suivre. Et comme par chance j’étais bien plus rapide que ces gros balourds, j’ai pu m’en tirer avec une simple égratignure à la queue, et finalement atteindre la surface de ma planète natale que je n’avais encore jamais vue.

Et ce que j’y trouvais ne fut pas glorieux. Notre planète ne ressemble en rien à la Terre. Elle serait beaucoup plus proche de la Lune en fait, des terres dévastées et désertiques à perte de vue, plus aucune forme de vie ni aucune sorte de ressource utilisable… Je perdis très vite espoir à force d'errer au hasard. Déjà parce que je n’avais jamais pu voler auparavant, le plafond de nos grottes étant bien trop bas, et que c’était bien plus fatiguant et compliqué que ce qu’on pourrait croire. Et ensuite… parce que je n’avais pas de but. Je ne savais pas où aller, ni même ce que je cherchais. Si je n’avais pas eu de chance, j’aurais même pu mourir là, bêtement, enfin libre, ayant simplement eu la liberté de choisir ma mort.

Cependant, je finis par croiser quelque chose. Quelque chose qui ne devait pas être là. Et qui d’ailleurs était assez proche du passage qui menait là où se terraient les miens. Mais évidemment, il avait fallu que je parte dans la direction opposée et que je ne tombe dessus que bien plus tard, une fois que j’étais revenue sur mes pas, à bout de forces, une fois que j’avais abandonné tout espoir de m’en sortir et d’échapper à mon funeste destin. C’est alors que je vis ce petit être qui s'approchait. Cet insecte ridicule que j’aurais pu écraser comme je le voulais, malgré mon état de faiblesse… mais je n’en fis rien. Luttant contre mes instincts, je ne fis rien du tout. Je savais que je ne pouvais m’en sortir seule. Alors je laissai cette personne me venir en aide, même si je ne le compris pas tout de suite.

Il m’évacuèrent, m’emmenèrent loin de mes terres natales. Ils me firent aussi changer de forme, car transporter une créature d’une dizaine de mètre n’était pas chose aisée. Forme que je finis vite par adopter, et que j’utilise désormais quotidiennement. Mais ne brûlons pas les étapes. Je finis par me retrouver dans une ambassade alien, sur une autre planète non loin de la mienne. J’appris là-bas l’histoire de mon peuple, mais d’un point de vue extérieur. Les anciens qui nous dirigeaient ne nous avaient raconté que des balivernes. Jamais il n’a été question de se cacher de la menace que représentaient les autres. En fait, ils ont toujours su que nous étions là. C’était même eux qui nous entretenaient. Sans les vivres qu’ils nous faisaient parvenir, nous nous serions éteints depuis longtemps. Nous nous étions cachés simplement pour leur laisser le champs libre pour piller jusqu’à la dernière ressource présentes à la surface. Ils rasèrent notre planète, et éradiquèrent la plupart des espèces qui s’y trouvaient, sauf quelques exemplaires de chacune d’entre elle qu’ils avaient gardés… Nous-même étions considérés comme “en voie d’extinction”. Nous étions les derniers survivants avec quelques autres formes de vie qui avaient été suffisamment robustes pour survivre.

Je ne su jamais ce qu’ils avaient planifié de faire pour notre planète déserte. Ni ce qu’ont pu devenir les miens. Je ne voulais pas le savoir. Je leur ai simplement dit que je voulais partir très loin d’ici, sans connaître l’emplacement de là d’où je venais. Pour ne jamais retrouver cet endroit, ce peuple qui m’avait reniée et que j’abandonnais à son sort sans le moindre remord. Une page de ma vie se tournait, pour qu’une autre s’écrive.

Aussi étonnant que cela puisse paraître quand on sait là d’où je viens, je fus prise d’une soif de connaissances insatiable. Je me pris vite de passion pour les livres, apprenant sans cesse de nouvelles choses et trouvant des réponses à mes questions. Peut-être était-ce là un moyen pour moi de tirer un trait définitif sur mes origines, de creuser le fossé qui me séparait des miens. Je me plut en tout cas, à trouver un travail au calme, ou je pouvais aider les gens qui venaient me voir plutôt que de chercher un moyen de les éliminer. Je travaille désormais à la bibliothèque de Kyoto, ce temple du savoir que je chérissais depuis maintenant de nombreuses années. Je dois avouer ne pas savoir depuis combien de temps exactement, car le concept de temps n’a pas été simple à assimiler, surtout pour quelqu’un qui n’a jamais connu de cycle jour/nuit. Tout ce qui importe… c’est que je me plaise enfin dans cette petite vie paisible, dans cette normalité que je n’échangerais pour rien au monde.
)
… Je suis pourtant bien plus douce que les loups qui ont envahi ces terres.
avatar1Votre personnage
~Age : Un peu plus d’une centaine d’années
~Sexe : Féminin
~Lieu de naissance : Une planète lointaine et hostile
~Préférence sexuelle : Pansexuelle
~Profession : Bibliothécaire (en ville, pas au pensionnat)
~Race : Alien
~Type de logement : Maison
~Quartier du logement : Quartier résidentiel
~Avatar : Fire Emblem Awakening - Daraen (F) - Kyodai Hebi
~Règlement signé : Blblbl

©️️linus pour Epicode




Revenir en haut Aller en bas
 
Née dans les profondeurs abyssales d'un monde hostile... ~ Kyodai Hebi
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "Il existe des profondeurs abyssales que l'on ne peut sonder" - Infinités Océanes
» Dans les profondeurs de la Moria
» « Dans les profondeurs des Ténèbres, je viendrais te chercher. » || Mary & André [+18] [FINI]
» cette nuit à côté de toi, c'était comme une lueur dans les profondeurs. ҂ TALIE
» [MORIA] « Des tambours, des tambours dans les profondeurs. »

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le pensionnat Kyôto :: Le commencement :: Parle nous de toi :: Nouvelle fiche-